Le Journal REYNERIE MIROIR est réalisé par des habitants bénévoles : recherche d'informations, rédaction d'articles, photos, avec l'aide des kapseurs (AFEV), de la Médiathèque Grand M (atelier multimédia) et des contributeurs occasionnels associatifs, institutionnels ... Merci à tous ceux qui nous écrivent, nous envoient des poèmes, des documents, des informations, des photos, des dessins ..

Vous contribuez tous à la richesse du journal qui souhaite donner la parole à ceux qui ont peu l'occasion de la prendre.

N'hésitez pas à nous écrire ou à venir nous rencontrer à nos permanences.

Bonne année et longue vie à notre beau quartier de Reynerie

 

 

La reproduction en 1500 exemplaires est assurée avec les aides financières de la Région Occitanie, la Mairie de Toulouse, ainsi que par celles des contributeurs :

  • Reynerie Services,
  • La pharmacie du Lac,
  • La pharmacie du Parc Reynerie 
  • La pharmacie de la Reynerie
  • Le Soin de Soie
  • L'association Chemin Pluriel,
  • L'association Bas d'Immeubles
  • Le Centre Social Reynerie
  • La Médiation des claE
  • Les cours de Yoga

des adhérents et des donateurs anonymes

de la vente de la brochure "d'Arbre en arbre dans le parc de la Reynerie de Nicole Fraga éditée par Reynerie Miroir et des cartes reproductions d'aquarelles d'Annie

 

 

Vous pourrez nous trouver et nous rencontrer

 

  • les premier et troisième mercredi du mois de 17h30 à 19h salle municipale située au 21 bis avenue Winston Churchill entre le salon de coiffure et la pharmacie

Reynerie Miroir édite un livre réalisé par

 

Nicole Fraga passionnée par

 

les arbres du parc de la Reynerie

 

Vous pouvez l'acheter (8€)

° à Reynerie Services, 12, place Abbal,

° à la librairie de la Renaissance

° à nos permanences les 1er et 3ème mercredi du mois (17h30-19h) au 21 bis avenue Winston Churchill 

° en envoyant un chèque de 8€ ou 10€ si vous souhaitez le recevoir à votre domicile par voie postale (2€ de port)

à notre siège social: Association Reynerie Miroir

(chez Annie Conter) 17 avenue Winston Churchill, immeuble Guyenne, 31100 Toulouse.

Plus d'infos sur les arbres

https://parcdelareynerie.wordpress.com/

 

Le numéro 27 est paru, pour le visionner

 

cliquer sur la page 1

 

Bonne lecture.

 

Vous pouvez le trouver sous version papier dans tous les lieux de vie du quartier : Au "camion bleu" le jeudi sur le marché, au centre social, au centre d'animation, à l'Espace du lac, à la médiathèque grand M, à l'Espace senior, dans les trois pharmacies, dans les associations...ou à notre permanence (les 1er et 3ème mercredis du mois, de 17h30 à 19h) au 21 bis avenue Winston Churchill

 

Tous les numéros depuis la création jusqu'au numéro 26 se trouvent et sont consultables dans la rubrique Archives du journal et disponibles sous version papier à nos permanences (sous réserve du stock restant)

 

Certains articles trop longs n'ont pu être publiés dans le n°27, faute de place. Vous pouvez les trouver en version intégrale ci-dessous.

Le comité de rédaction

 

 

COMMUNIQUE DE L'ASSEMBLEE DES PARENTS :

 

 

EGALITE, VRAIMENT ?

 

 

C'est la 3ème rentrée où les enfants de Reynerie, (rejoints cette année par ceux de Bellefontaine), doivent, sur décision du Conseil Départemental, intégrer un collège situé à l'autre bout de l'agglo alors qu'il y a une dizaine d'autres établissements plus proches de chez eux. Ce sont les seuls enfants de Toulouse dans cette situation ! Tous les autres petits toulousains bénéficient d'un collège de proximité.

 

Les enfants de Reynerie partent le matin à 7H 20 en bus, et reviennent entre 17 30 et 18H. Ils

 

passent toute la journée au collège. Or, certains doivent suivre des traitements médicaux en

 

semaine, d'autres ont des activités culturelles ou sportives démarrant à 17 heures, bien avant le retour du bus.

 

De plus les parents qui ne disposent pas de moyen de transport, (et qui ont souvent d'autres

 

enfants plus jeunes) ne peuvent pas se rendre au collège facilement en cas de problème, pour

 

rencontrer les enseignants, etc (pour aller à Balma, par exemple, un des collèges d'accueil il faut

 

compter une heure de transport métro/bus + retour).

 

Pour ces motifs, des parents ont demandé et obtenu des « dérogations » auprès du rectorat.

 

Quand des parents toulousains des autres quartiers de Toulouse demandent des dérogations,

 

c'est pour éviter un collège situé près de chez eux, mais qui ne leur convient pas pour une raison ou une autre. Les parents de Reynerie eux, demandent une dérogation parce que le collège attribué par le conseil départemental, trop éloigné, ne permet pas une scolarisation correcte de leur enfant, au contraire d'un collège de proximité. Le rectorat a reconnu la légitimité de ces motifs en accordant les dérogations demandées.

 

Aujourd'hui, le Conseil départemental refuse d'accorder à ces enfants le bénéfice du transport

 

scolaire gratuit, au motif qu'ils ne sont pas scolarisés dans leur « établissement de secteur », et en vertu d'une soi-disant « égalité de traitement ».

 

Le Conseil départemental, toujours prêt à donner des leçons de morale républicaine devrait revoir la définition de l'égalité. En effet,

 

• Où est l'égalité quand les enfants de Reynerie et maintenant Bellefontaine sont les seuls

 

enfants toulousains qui n'ont pas d'établissement de proximité ?

 

• Où est l'égalité quand le conseil départemental accorde le bénéfice du transport scolaire à

 

des collègiens scolarisés dans un établissement privé plus proche de leur domicile que

 

l'établissement public de secteur, et le refuse à des enfants scolarisés dans un collège

 

public plus proche de chez eux que leur collège de secteur ? Et qu'on ne vienne pas nous

 

parler de respect de la carte scolaire, avec un secteur situé à l'autre bout de l'agglo, avec

 

entre 10 et 20 établissements publics ou privés entre lecollège et le domicile !

 

Plutôt que d'égalité, il ne vaudrait pas mieux parler de discrimination ?

 

C'est quand même le conseil départemental qui a décidé de fermer les collèges où ces enfants

 

auparavant se rendaient à pied. Nous avons l'impression d'un acharnement. Pourquoi le conseil

 

départemental en veut-il autant à nos enfants ? Pourquoi est-ce qu'il n'accepte pas notre

 

compétence de parents ? Nous cherchons le meilleur pour nos enfants, et les meilleures

 

conditions pour leur scolarité, comme tous les autres parents.

 

Nous demandons que, comme l'a fait le rectorat, le conseil départemental reconnaisse aux enfants de Reynerie le même droit à un collège de proximité qu'aux autres élèves de Toulouse, par la gratuité du transport solaire. C'est ça la justice, c'est ça l'égalité.

 

L'Assemblée des Parents

 

assembleedesparents@gmail.com

 

 

 

ANNEXE : extrait du règlement des transports scolaires du conseil départemental 31

 

« 1.B.1.b. Elèves scolarisés dans les collèges ou lycées privés

 

1er cas : Ils bénéficient de la prise en charge de la distance séparant le domicile de

 

l’établissement public de rattachement sous réserve que l’établissement privé se situe à

 

l’intérieur du territoire défini par la carte scolaire et à une distance supérieure ou égale à

 

celle séparant le domicile de l’établissement public de rattachement.

 

2ème cas : Toujours à l'intérieur du territoire défini par la carte scolaire, la gratuité est

 

accordée pour la distance séparant le domicile de l'établissement privé fréquenté si celui-ci

 

est plus proche que l'établissement public de rattachement.

 

Dans tous les cas, la prise en charge du transport scolaire est refusée dès lors que

 

l'établissement privé fréquenté se situe hors du territoire défini par la carte scolaire. »

 

Le problème étant que pour les enfants de Reynerie, le territoire défini par la carte scolaire

 

consiste en un seul établissement situé à 30 minutes de trajet minimum et qu'entre le

 

domicile et cet établissement se trouvent une quantité d'autres collèges publics ou privés.

 

Une photo d'Ali prise en drone...Il est beau notre lac...

Je me suis promenée avec mon carnet et mes couleurs : un voyage à REYNERIE, un autre regard sur les richesses du site et de ses habitants.

Les aquarelles d'Annie Dufay Conter sont exposées à TO7 jusqu'au 14 février.

Vous pouvez acheter des cartes reproductions de ces aquarelles à nos permanences du mercredi (1er et 3ème du mois) et à la pharmacie Métro Reynerie place Abbal